Trièves en Transition



Le Trièves en 2025

 

Imaginons…

Rappelez-vous : après la période de désorganisation et d’incrédulité qui a suivi la crise de 2009 et le choc pétrolier de 2013, nous avons pris notre destin en main. nous avons appris à nous serrer les coudes. À partager. La politique volontariste de la Communauté de Communes du Trièves, les initiatives d’entrepreneurs audacieux, la volonté des habitants et l’activité des associations ont permis de réussir la transition vers une économie moins gourmande en énergie, plus relocalisée, et vers une vie plus riche. Grâce au Régio, notre monnaie régionale qui circule en complément de l’euro, les compétences et les ressources locales ont pu être mobilisées efficacement et la situation redressée. Nous pouvons nous féliciter d’avoir su anticiper le choc pétrolier et ses conséquences pour mieux rebondir, comme en s’en convaincra à la lecture du bref bilan qui suit :

L’agriculture est revivifiée : de nouvelles exploitations, plus petites et plus nombreuses, employant une main d’œuvre nombreuse, fournissent le plus gros de notre alimentation, ainsi que du chanvre textile et pour la construction. La SAU (surface agricole utile) a augmenté, mettant fin au processus d’enfrichement des terres agricoles. La viande du Trièves est très appréciée des restaurateurs de Sisteron à Lyon, à la grande satisfaction de nos éleveurs. Enfin, les très nombreux jardins individuels et collectifs contribuent de manière non négligeable à notre alimentation.

La forêt a retrouvé son dynamisme économique : c’est aujourd’hui notre principale source d’énergie de chauffage et de bois de construction, surtout depuis que les chaufferies bois se sont multipliée dans nos communes. Les scieries de Tréminis, Saint-Baudille, Chichilianne et Gresse tournent à plein régime, tandis que le nombre d’entreprises de bûcheronnage a augmenté de 150 % dans les 5 dernières années.

Les lignes de car et la ligne SNCF n’ont jamais autant transporté de voyageurs, et nos élus ont eu le plaisir d’inaugurer ces dernières années les gares restaurées de Saint-Maurice et de Saint-Martin-de-la-Cluse. Les lignes de car Tréminis-Saint-Maurice, Corps-Mens-Clelles et Gresse-Monestier affichent complet.

Chaque commune ou presque peut s’enorgueillir d’avoir retrouvé une épicerie, une école, et une annexe postale. Les panneaux solaires sont devenus si courants qu’ils n’étonnent plus personne, le compostage généralisé permet de réutiliser une ressource précieuse, et le Centre de formation aux constructions nouvelles de Monestier-de-Clermont est cité en exemple dans toute la région. Mais surtout, ce sont nos relations sociales et humaines qui ont le plus bénéficié de ces changements. Plus de temps pour les autres, plus d’activités et de travaux en commun, de mutualisation de moyens techniques et de temps passé ensemble : notre Trièves bourdonne d’une joie de vivre retrouvée.

Retour au présent

Cette histoire vous a plu ? C’est peut-être la nôtre, celle des quinze prochaines années. La crise économique actuelle est, dit-on, la plus grave depuis 1929 et elle retient à juste titre notre attention. Elle a entre autres fait chuter le prix du pétrole de manière spectaculaire, à la grande joie de nos porte-monnaie. Mais cela n’a pas fait augmenter les réserves mondiales d’une seule goutte et le problème énergétique qui nous préoccupait à l’été 2008 est toujours là. Aussi nous nous posons quelques questions que nous voudrions partager avec vous :

- On dit qu’il reste pour 40 ans de pétrole ? Avez-vous une idée de ce que cela signifie ? Le pétrole va-t-il soudain manquer le 1er jour de la 41ème année ?
- Et si les Chinois et les Indiens (4 humains sur 10) continuent de consommer toujours plus de pétrole, pour combien de temps en reste-t-il réellement ?
- À votre avis, qu’est-ce qui autour de vous a besoin de pétrole pour fonctionner ? Quelles activités économiques en dépendent ?
- Pouvez-vous dire ce qui est fabriqué avec du pétrole autour de vous ?
- Savez-vous combien de litres de pétrole sont nécessaires pour produire 1 kilo de bœuf, 1 quintal de blé, un ordinateur, une voiture, un jean ?
- Savez-vous quelle part de notre alimentation vient de l’extérieur par camion ?
- S’il n’y avait plus de pétrole, qu’est-ce que vous pourriez encore faire ? Qu’est-ce que vous ne pourriez plus faire ?
- Quels sont à votre avis les atouts du Trièves dans une économie avec moins de pétrole ?
- S’il y avait assez de pétrole, de gaz naturel et de charbon pour des siècles, faudrait-il tout utiliser ?

Vous aussi vous vous posez toutes ces questions ? Contactez-nous à l’aide du formulaire en bas de page.

Question mystère : En quelle année a-t-on découvert le plus de pétrole dans le monde ? 1950 – 1965 – 1987 – 2002 ? N’hésitez pas à parcourir le blog pour découvrir la réponse.

 

Votre nom : (oblig.)
Votre email : (oblig.)
Site Web :
Sujet :
Message :
Vous mettre en copie (CC)
 


Laisser un commentaire

La 5ème Batterie du 16ème G... |
Presse et le Temps |
Cupidon - Aide aux rencontres |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | VISION HUMAINE
| actforchange
| collectif d'enseignants de ...