Trièves en Transition


  • Accueil
  • > Archives pour février 2010

Activité et projets – Février 2010

 

A. Activité récente :

1) Rencontre avec Danielle Grunberg le 4 février

Voir le compte-rendu sur le blog.

2) Présentation des villes en transitions à Die

Quelques jours plus tôt, nous avons présenté les villes en transition devant une centaine de personnes à Die, dans le cadre des rencontres de l’écologie au quotidien. Nous y avons noué des contacts et eu la surprise de retrouver trois personnes du groupe de transition belge de Louvain-la-Neuve. Le lendemain, nous avons assisté à une présentation du projet de la Biovallée de la Drôme, un projet de développement qui va dans le sens de l’après-pétrole.2) Rencontre avec des élusLe samedi 6, une rencontre avec Robert Cuchet et Jean-Paul Mauberret du Syndicat d’Aménagement du Triève (SAT) a été l’occasion de leur présenter la problématique et l’urgence de l’après-pétrole, et de discuter avec eux des synergies entre notre initiative et l’Agenda 21 du Trièves, avec l’idée de relire celui-ci avec des « lunettes après-pétrole ». Notre demande de rencontre avec l’ensemble du conseil syndical du SAT a reçu un accueil favorable.

3) Rencontre avec des élus

Le samedi 6, une rencontre avec Robert Cuchet et Jean-Paul Mauberret du Syndicat d’Aménagement du Triève (SAT) a été l’occasion de leur présenter la problématique et l’urgence de l’après-pétrole, et de discuter avec eux des synergies entre notre initiative et l’Agenda 21 du Trièves, avec l’idée de relire celui-ci avec des « lunettes après-pétrole ». Notre demande de rencontre avec l’ensemble du conseil syndical du SAT a reçu un accueil favorable.

B. Activité à venir

- proposer une nouvelle rencontre aux associations sur comment nous pourrions travailler ensemble ;

- rencontre le vendredi 12 février avec une équipe du Crédit Mutuel Paris pour préparer notre intervention au cours d’un séminaire de formation de leurs cadres qu’ils organiseront en mai dans le Trièves.

- rencontre avec la direction de Terre vivante en mars pour parler transition et entreprise.

- intervention (sous réserve) à L’Argentière, près de Briançon, pour présenter les villes en transition le 26 mars.

- prépararation de la réunion Agenda 21 du 2 avril à Mens : il s’agit de travailler sur quelques actions de l’Agenda dans une perspective transition pour les présenter au cours de la réunion.

- voyage à Totnes, en Angleterre, les 17 et 18 avril pour participer à une formation sur la transition ; nous devrions être accompagnés par une équipe de Canal+ qui souhaite réaliser un reportage sur le sujet. Participants : Jeremy Light, François Bartsch, Pierre Bertrand.

- nous aimerions lancer un groupe de travail sur les monnaies locales ; ceux que le thème intéresse peuvent contacter François Bartsch : 04 92 49 94 02.

- pour juin, la préparation du Festival Solaire se poursuit, il sera basé sur des ateliers de construction de cuiseurs et autres montages solaires. Contact : Jeremy Light, 04 76 34 85 52.

- fin juin, réception d’une délégation du réseau britannique de transition fin juin, dont nous voudrions faire un événément fort.

 

C. Un grand projet

Nous voudrions aussi vous proposer un séminaire sur le thème « imaginer l’avenir » (thème provisoire) au cours d’une journée ou d’un week-end, peut-être à la fin de l’été. Nous essaierions de faire venir un intervenant extérieur (peut-être d’Angleterre) et nous inviterions des personnes ou groupes extérieurs à la région et motivés par la transition.

Nous vous proposons de vous associer à la préparation de ces événements, il suffit de nous contacter. Plus généralement, nous avons besoin de forces pour mettre tout cela en œuvre.

 

Votre nom : (oblig.)
Votre email : (oblig.)
Site Web :
Sujet :
Message :
Vous mettre en copie (CC)
 


Une rencontre chaleureuse avec Danielle Grunberg

 

La recontre du jeudi 4 avec Danielle Grunberg, du groupe de transition d’Hawick en Écosse, a réuni une vingtaine de personnes à Mens (la concurrence involontaire d’un débat public sur le schéma de cohérence territoriale a certainement obligé de nombreuses personnes à un choix cornélien).

Danielle arrivait d’un périple qui l’avait menée à Strasbourg, Mulhouse, Fontainebleau et Paris à la rencontre des transitionnistes locaux. Après avoir pris connaissance pendant la journée de ce qui se fait dans le Trièves en termes d’écologie et de transition, Danielle nous a présenté ce qui se passe dans son groupe et dans les villes en transition qu’elle connaît en Grande-Bretagne, notamment à Totnes où tout a démarré. Elle nous a ainsi parlé de cette ville-pionnière où un verger de noix et des jardins partagés ont été créés sur des espaces publics avec l’accord de la municipalité, où le groupe local a recensé les ressources alimentaires de la région, a lancé des sessions de formation en vue de la réappropriation de savoir-faire oubliés, et a surtout lancé une monnaie locale en partenariat avec les commerçants locaux et la municipalité.

Danielle a su nous transmettre son enthousiasme et son énergie, ce qui est peut-être le plus important, et rendre visible tout le bouillonnement extraordinaire du mouvement de transition en Grande-Bretagne. Merci Danielle pour ce que nous avons partagé ensemble pendant ces deux jours.

À noter pendant la rencontre la présence de Jean Rouveyrol de l’association Colibri (issue du mouvement Terre et Humanisme de Pierre Rhabi), qui s’intéresse de près au mouvement de transition.


Nouvelle décennie : Faut-il avoir peur du changement ?

 

Le changement fait souvent peur, et les changements profonds qui s’annoncent d’ici la fin de la décennie peuvent représenter pour beaucoup d’entre nous une mauvaise nouvelle que nous refusons d’admettre.

Pourquoi avons-nous peur du changement ?
Il y a d’abord les raisons objectives : un changement majeur comme celui de l’après-pétrole fait peser des menaces sur l’économie et la stabilité mondiale, et nous nous inquiétons à juste titre des répercussions sur notre vie. Il y a aussi la peur de l’inconnu, la perdre de qu’on a, et surtout la peur de devoir changer d’habitudes. Nous avons des habitudes de confort, de liberté de mouvement et de consommation, et le changement nous apparaît souvent comme une régression. L’après-pétrole sera une période de doutes et de risques et nous n’avons pas envie d’en entendre parler.
Un monde moins plaisant ?
Pourtant, un monde avec moins d’énergie ne sera pas forcément un monde moins plaisant. Nous avons tous conscience que l’hyperproductivité de notre économie et l’hyperconsommation qui l’accompagne engendrent de graves destructions écologiques, elles se traduisent aussi par un accroissement des inégalité, du stress au travail et, paradoxalement, par une perte de nos protection sociales et de nos solidarités. Les relations humaines sont toujours plus conflictuelles et moins satisfaisantes. Avec l’après-pétrole, nous avons l’occasion de rompre avec cette logique suicidaire et d’inventer de nouveaux modes de vie et de production, de recréer des relations humaines plus intenses et même plus d’emplois.

papillonchangement.gif
 

Un monde qui bouge : demain est parmi nous
Partout dans le monde et aussi dans le Trièves existent des nouvelles technologies et des initiatives qui préfigurent le monde de demain : énergies renouvelables et efficacité énergétique pour en finir avec les gaspillages ; banques solidaires, microcrédit, systèmes d’échanges non monétaires et monnaies locales de complément pour remettre l’économie au services des hommes et de leurs besoins réels ; systèmes agricoles innovants produisant dans le respect de la terre et des paysans ; filières économiques et énergétiques courtes valorisant les ressources et l’emploi local, etc.
Comment beaucoup de parents, il m’arrive souvent de craindre pour mes enfants quand je pense à l’avenir. Mais je me dis aussi que je me trompe peut-être, qu’au contraire ils vont avoir la chance de vivre une époque exaltante, d’avoir un monde nouveau à créer, plus vivable et plus satisfaisant.

Rêver un nouvel avenir

Nous avons les ressources, les compétences, l’ingéniosité et la créativité. Il reste à les libérer de notre peur de changer. Parce que l’après-pétrole peut devenir l’occasion de nous rapproprié notre avenir, actuellement confisqué par les logiques financières, le changement peut devenir enthousiasmant.
C’est à partager une vision optimiste de l’avenir que nos voulons vous convier, une vision dans laquelle nous avons confiance en nous-mêmes et dans le monde que nous sommes capables de créer ensemble. À condition d’accepter le changement, de croire en nous et de nous y préparer DES MAINTENANT.
N’hésitez pas à nous contacter et à nous rejoindre.

 

Votre nom : (oblig.)
Votre email : (oblig.)
Site Web :
Sujet :
Message :
Vous mettre en copie (CC)
 


La 5ème Batterie du 16ème G... |
Presse et le Temps |
Cupidon - Aide aux rencontres |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | VISION HUMAINE
| actforchange
| collectif d'enseignants de ...