Trièves en Transition


  • Accueil
  • > Actualites de Trieves Apres-Petrole

Archive de la catégorie

Liste des articles dans la catégorie Actualites de Trieves Apres-Petrole.

Restitution du voyage à Totnes samedi 8 mai à Mens

 

Nous avons le plaisir de vous inviter à la restitution de notre séjour à Totnes et de la formation que nous y avons suivie.

le samedi 8 mai à 18h chez Jeremy Light, à Mens (route de Corps, dernière maison sur la gauche).

Nous vous y parlerons du séjour, de ce que nous avons appris ou pratiqué pendant le stage, et du fonctionnement de Totnes en transition (la plus ancienne ville en transition de la planète).
Puis nous vous proposerons un exercice pratique qui vous donnera un aperçu de ce que nous rapportons dans nos bagages.

Ce temps d’échange sera suivi d’un apéro dînatoire dans le jardin avec ce que vous aurez apporté.

Contact :

 

Votre nom : (oblig.)
Votre email : (oblig.)
Site Web :
Sujet :
Message :
Vous mettre en copie (CC)
 


Fertilisation et compostage : un enjeu pour l’avenir

 

En ce printemps 2010, le prix du pétrole augmente à nouveau. Au cours du Forum International de l’Energie à Cancun au Mexique, fin mars, les Etats semblent avoir pris conscience de la fin définitive du pétrole bon marché. Dans ce contexte se pose une question majeure : notre production alimentaire étant totalement dépendante du pétrole, y compris les engrais et les pesticides, comment produire nos aliments à un coût supportable et, surtout, comment remplacer les engrais, que l’on soit agriculteur ou jardinier ? Le compostage de nos déchets organiques, technique de fabrication d’un engrais de qualité, est une réponse. L’association Trièves Compostage travaille depuis 2007 à la promotion du compostage domestique et semi-collectif sur les cantons de Mens et de Monestier-de-Clermont, et dans tout le Sud-Isère.

Les enjeux du compostage
En France, 5 millions de personnes pratiquent le compostage. Mais le compostage en milieu rural est une tradition qui se perd, les déchets de cuisine et de jardin terminant le plus souvent à la poubelle. Les politiques actuelles visent à encourager le compostage par les particuliers afin que le maximum des déchets compostables soit traité sur place. Nous produisons environ 100 kg de déchets de cuisine par personne et par an, ce qui représente environ 400 tonnes pour le Trièves, auxquels il faut ajouter les déchets de jardin.

compost3small.jpg

Le compostage permet de réduire la quantité de déchets à ramasser par la collectivité, ce qui contribue à la réduction des coûts et de la pollution liée aux transports. Le compost est un excellent engrais pour les cultures et les plantes et un amendement nécessaire au maintien d’une bonne structure du sol. De plus, le compost agit comme une éponge qui garde l’eau : il garantit des économies d’eau pour l’arrosage. Le paillage (technique du compostage de surface) permet aussi d’économiser jusqu’à 30% d’arrosage en pleine chaleur.
Les actions de Trièves Compostage
Il s’agit d’encourager la création de composts collectifs et individuels par la création de composts de quartier et de cantine scolaire, valorisant les ressources et les savoir-faire locaux. 23 sites ont ainsi été installés depuis 2007. La formation des employés communaux et l’organisation d’ateliers de compostage pour les particuliers souhaitant composter dans leur jardin ont touché 547 participants depuis 2007. En 2009, 158 personnes ont été formées pour devenir guides composteurs et enseigner à leur tour la technique à leurs voisins. Un service de broyage des petits branchages, indispensables à un bon compost, a été mis en place par l’association, qui fait des démonstrations de broyage et loue un broyeur électrique aux particuliers. Elle accompagne aussi les collectivités pour mettre en place un service de broyage communal, et conseille élus et techniciens sur le sujet.

 

trievescompostage.jpg

 Retrouvez le site de Trièves Compostage

 

Les orientations de Trièves Compostage d’ici 2025 :
- Encourager la pratique individuelle du compostage en visant 95% des déchets issus de cuisine compostés sur le territoire.
- Récupérer de l’énergie en promouvant récupération de la chaleur du compostage pour les serres.
- Maintenir la fertilité de la terre et compenser le manque d’engrais chimiques : pour venir en aide à la filière agricole qui va souffrir du renchérissement du pétrole, on peut développer encore plus le compostage des déchets domestiques, en incluant notamment le compostage des toilettes sèches et la récupération d’urine, comme la Suisse et la Suède commencent à l’expérimenter. Trièves Compostage peut devenir un centre de formation des conseillers agricoles. Le compostage du fumier permet aussi la production d’un engrais plus efficace. Enfin, l’utilisation d’engrais verts est un autre moyen complémentaire pour fertiliser les sols cultivés. Autant de techniques qui seront d’une utilité capitale dans l’agriculture de demain.

Article réalisé avec la participation de Trièves Compostage et paru dans les Nouvelles du Pays, mai 2010


L’Arabie Saoudite ne pourra bientôt plus augmenter ses exportations

Le directeur de Saudi Aramco, la compagnie nationale, vient d’annoncer que l’Arabie Saoudite, le seul pays qui ait encore une marge de progression de sa production pétrolière, ne pourra plus augmenter sa production dans les années qui viennent à cause de l’augmentation de sa demande intérieure.

Sachant que la production des pays non-OPEP est en déclin rapide et que l’Arabie est le plus gros producteur de l’OPEP, il se pourrait que la courbe suivante, publiée fin 2009 par l’Agence américaine de l’Energie, devienne bientôt réalité : soit un gros trou après 2012 (les projets « non identifiés » censés le remplir correspondent à des projets qui n’existent pas et dont on espère qu’ils surgiront de nulle part, mais la baisse des investissements pétroliers depuis 2008 rend ce rêve d’autent plus illusoire).

 

eia1.jpg


Notre formation à Totnes

C’est sous un grand soleil que Totnes, petite ville du Devon (9 000 habitants environ) dans le sud-ouest de l’Angleterre. nous a accueilli. Nichée au creux de la vallée de la Dart, dans une région magnifique, cette bourgade au charme coquet est connue pour être le haut-lieu du mouvement des villes en transition. C’est là que tout a commencé en 2006. Au premier coup d’œil, Totnes apparaît comme une ville différente qui attire beaucoup d’alternatifs. Quatre librairies, un disquaire et plusieurs boutiques bio dans la rue principale, excusez du peu.

1008967.jpg
Transition Town Totnes (TTT), la première ville en transition, a démarré en 2006. Elle compte aujourd’hui 39 projets fédérant environ 400 membres actifs autour d’une dizaine de groupes thématiques et du comité de pilotage, assisté de services administratifs.

Le stage de formation à la transition a lieu le samedi 17 et le dimanche 18 avril, de 9h30 à 17h. Mené par Naresh Giangrande (un des deux fondateurs de TTT) et Hal Gillmore, ce stage introduit les concepts fondamentaux de la transition et présente les principaux outils d’animation via des exercices pratiques. Ce sont surtout ces derniers qui ont motivé notre voyage, ainsi que la possibilité de rencontrer quelques membres de Transition Totnes.Le groupe est assez grand : nous sommes 22 stagiaires, dont 3 du Trièves, 3 de Paris, 1 des USA, 13 Anglais (de la région pour la plupart) et … 2 du Honduras. Les âges vont de 20 à 80 ans.

1008976.jpg

Les principaux thèmes abordés sont le pic pétrolier et le réchauffement climatique, la psychologie du changement, comment susciter une vision positive, commet créer le groupe fondateur, faciliter les liens entre les gens, organiser un forum ouvert pour faire émerger les idées, comment TTT est organisée, qu’est-ce qui se passe ensuite. Alternant présentations théoriques mais vivantes et exercices pratiques, le stage est très intense. Il est animé avec compétence et chaleur par Naresh et Hal. Nous vivons réellement comment inspirer et libérer la créativité (la nôtre et celle des autres). Cela suscite quelques temps très forts d’émotion.La densité du stage ne permet hélas pas d’aborder toutes les questions que nous aurions aimé approfondir.
1008972.jpg

L’ambiance du stage est très chaleureuse, le courant passe bien dans le groupe, le temps splendide, la nourriture de qualité et la bière y contribuent. Le dimanche soir, une soirée est organisée dans une communauté voisine par Sally, une amie de Jeremy, réunit les étrangers du groupes, les habitants de la communauté et des membres de TTT, que nous pouvons ainsi rencontrer. Malheureusement les Anglais, habitant pour la plupart la région et n’étant pas hébergés localement, ne peuvent rester avec nous. Dommage.

Le lundi 19, rencontre avec Ben Brangwyn, coordinateur du réseau nation des Transition Towns, et le groupe de France. Nous échangeons sur l’évolution du mouvement en France, évoquons les difficultés de coordonner les demandes alors que rien n’existe au niveau national. Nous nous étonnons de l’absence de la crise économique et des contraintes qu’elle fait peser sur la transition dans les exposés et publications du Transition Network. Ben s’intéresse à la transposition du concept des villes en transition dans le contexte français. Il nous confirme sa venir fin juin et nous évoquons une possible rencontre des transitionneurs dans le Trièves à cette occasion.
1008987.jpg
Le siège de Transition Town Totnes et du Transition Network

Le séjour a été très positif et est arrivé au bon moment, celui où nous en avions besoin, avec un minimum de recul et d’expérience pour en tirer vraiment parti. Nous avons appris peu de neuf sur la théorie, mais acquis une expérience précieuse sur les outils de travail utilisés par TTT pour faire travailler ensemble des gens très différents dans un esprit coopératif et constructif. Il nous a confirmé que nous allons dans le bon sens et nous a donné envie d’aller plus loin. Toutefois, les réalisations impressionnantes de TTT ont fait surgir cette question : est-ce à un groupe de transition de piloter un maximum de choses, ou doit-il simplement les susciter ? Tout est affaire de contexte.Nous avons pu tisser des liens avec nos amis de Paris, ce qui sera précieux. Nous regrettons de ne pas être restés deux ou trois jours de plus pour prendre le temps de visiter des réalisations et rencontrer les porteurs de projets.


Vers un choc pétrolier en 2010

L’Agence Internationale de l’Energie s’inquiète de la remontée rapide de la demande mondiale de pétrole, alors que la production n’augmente pas.

La demande mondiale est tirée vers lehaut par la Chine (+20 %) et…l’Arabie Saoudite (+12 %), ainsi que par l’Inde et le Brésil, alors qu’elle stagne dans les pays développés.

Cela se traduit par l’augmentation actuelle des prix du pétrole et l’Agence craint un retour de la situation de 2008, étouffant la soi-disant reprise de l’économie.


Activité et projets – Février 2010

 

A. Activité récente :

1) Rencontre avec Danielle Grunberg le 4 février

Voir le compte-rendu sur le blog.

2) Présentation des villes en transitions à Die

Quelques jours plus tôt, nous avons présenté les villes en transition devant une centaine de personnes à Die, dans le cadre des rencontres de l’écologie au quotidien. Nous y avons noué des contacts et eu la surprise de retrouver trois personnes du groupe de transition belge de Louvain-la-Neuve. Le lendemain, nous avons assisté à une présentation du projet de la Biovallée de la Drôme, un projet de développement qui va dans le sens de l’après-pétrole.2) Rencontre avec des élusLe samedi 6, une rencontre avec Robert Cuchet et Jean-Paul Mauberret du Syndicat d’Aménagement du Triève (SAT) a été l’occasion de leur présenter la problématique et l’urgence de l’après-pétrole, et de discuter avec eux des synergies entre notre initiative et l’Agenda 21 du Trièves, avec l’idée de relire celui-ci avec des « lunettes après-pétrole ». Notre demande de rencontre avec l’ensemble du conseil syndical du SAT a reçu un accueil favorable.

3) Rencontre avec des élus

Le samedi 6, une rencontre avec Robert Cuchet et Jean-Paul Mauberret du Syndicat d’Aménagement du Triève (SAT) a été l’occasion de leur présenter la problématique et l’urgence de l’après-pétrole, et de discuter avec eux des synergies entre notre initiative et l’Agenda 21 du Trièves, avec l’idée de relire celui-ci avec des « lunettes après-pétrole ». Notre demande de rencontre avec l’ensemble du conseil syndical du SAT a reçu un accueil favorable.

B. Activité à venir

- proposer une nouvelle rencontre aux associations sur comment nous pourrions travailler ensemble ;

- rencontre le vendredi 12 février avec une équipe du Crédit Mutuel Paris pour préparer notre intervention au cours d’un séminaire de formation de leurs cadres qu’ils organiseront en mai dans le Trièves.

- rencontre avec la direction de Terre vivante en mars pour parler transition et entreprise.

- intervention (sous réserve) à L’Argentière, près de Briançon, pour présenter les villes en transition le 26 mars.

- prépararation de la réunion Agenda 21 du 2 avril à Mens : il s’agit de travailler sur quelques actions de l’Agenda dans une perspective transition pour les présenter au cours de la réunion.

- voyage à Totnes, en Angleterre, les 17 et 18 avril pour participer à une formation sur la transition ; nous devrions être accompagnés par une équipe de Canal+ qui souhaite réaliser un reportage sur le sujet. Participants : Jeremy Light, François Bartsch, Pierre Bertrand.

- nous aimerions lancer un groupe de travail sur les monnaies locales ; ceux que le thème intéresse peuvent contacter François Bartsch : 04 92 49 94 02.

- pour juin, la préparation du Festival Solaire se poursuit, il sera basé sur des ateliers de construction de cuiseurs et autres montages solaires. Contact : Jeremy Light, 04 76 34 85 52.

- fin juin, réception d’une délégation du réseau britannique de transition fin juin, dont nous voudrions faire un événément fort.

 

C. Un grand projet

Nous voudrions aussi vous proposer un séminaire sur le thème « imaginer l’avenir » (thème provisoire) au cours d’une journée ou d’un week-end, peut-être à la fin de l’été. Nous essaierions de faire venir un intervenant extérieur (peut-être d’Angleterre) et nous inviterions des personnes ou groupes extérieurs à la région et motivés par la transition.

Nous vous proposons de vous associer à la préparation de ces événements, il suffit de nous contacter. Plus généralement, nous avons besoin de forces pour mettre tout cela en œuvre.

 

Votre nom : (oblig.)
Votre email : (oblig.)
Site Web :
Sujet :
Message :
Vous mettre en copie (CC)
 


Une rencontre chaleureuse avec Danielle Grunberg

 

La recontre du jeudi 4 avec Danielle Grunberg, du groupe de transition d’Hawick en Écosse, a réuni une vingtaine de personnes à Mens (la concurrence involontaire d’un débat public sur le schéma de cohérence territoriale a certainement obligé de nombreuses personnes à un choix cornélien).

Danielle arrivait d’un périple qui l’avait menée à Strasbourg, Mulhouse, Fontainebleau et Paris à la rencontre des transitionnistes locaux. Après avoir pris connaissance pendant la journée de ce qui se fait dans le Trièves en termes d’écologie et de transition, Danielle nous a présenté ce qui se passe dans son groupe et dans les villes en transition qu’elle connaît en Grande-Bretagne, notamment à Totnes où tout a démarré. Elle nous a ainsi parlé de cette ville-pionnière où un verger de noix et des jardins partagés ont été créés sur des espaces publics avec l’accord de la municipalité, où le groupe local a recensé les ressources alimentaires de la région, a lancé des sessions de formation en vue de la réappropriation de savoir-faire oubliés, et a surtout lancé une monnaie locale en partenariat avec les commerçants locaux et la municipalité.

Danielle a su nous transmettre son enthousiasme et son énergie, ce qui est peut-être le plus important, et rendre visible tout le bouillonnement extraordinaire du mouvement de transition en Grande-Bretagne. Merci Danielle pour ce que nous avons partagé ensemble pendant ces deux jours.

À noter pendant la rencontre la présence de Jean Rouveyrol de l’association Colibri (issue du mouvement Terre et Humanisme de Pierre Rhabi), qui s’intéresse de près au mouvement de transition.


Où en est Trièves Après-Pétrole ?

Depuis l’automne, beaucoup de choses ont avancé, d’autres doivent être reportées à plus tard faute de moyens. État d’avancement du programme d’action (pour rappel : nous sommes toujours en phase de démarrage, axée sur la sensibilisation du public)
- Fête solaire : Plusieurs personnes sont désireuses de s’associer à son organisation. La date reste à fixer.

- Relations publiques : Claude Fournier de Terre vivante est intéressée pour travailler sur le thème de l’après-pétrole dans l’entreprise. Des rendez-vous vont bientôt être pris avec les élus du SAT en charge du développement durable.

- Blog : il a déjà bien évolué, nous voulons l’ouvrir aux associations, personnes et collectivités ayant des actions à faire connaître. Nous les solliciterons.

- Le projet pédagogique pour les scolaires sur le thème « la vie après le pétrole » avance bien.

- Articles mensuels : celui de février sera sur le thème « la peur du changement ». Par la suite, nous voulons présenter des articles sur des actions concrètes en partenariat avec les associations ou personnes actives sur le thème concerné. Cela montrera que la transition est quelque chose de concret et que ces associations ou personnes y travaillent déjà. Pour cela, il faut s’y prendre 2 mois à l’avance.

- Pierre Bertrand présentera les initiatives de transition au cours du festival de l’écologie au quotidien de Die le vendredi 20 février à 17h30.

- Le 19 janvier (mardi prochain), il sera à Grenoble pour un séminaire sur le thème de la ville post-carbone organisé par l’AURG, avec méthodes de travail par jeux.

- Le 4 février, Danielle Grunberg du mouvement de transition britannique sera dans le Trièves pour témoigner des initiatives de transition en Grande-Bretagne.

- Les 17 et 18 avril, Jeremy Light et Pierre Bertrand seront à Totnes, en Angleterre, pour un week-end de formation aux initiatives de transition. À cette occasion, ils pourraient être accompagnés par une équipe de Canal+ qui veut faire un reportage sur les villes en transition.

- En juin, nous pourrions recevoir une délégation du mouvement britannique, qui fait un voyage en France et souhaitent visiter les groupes locaux. Ce pourrait être l’occasion d’un événement public.


Présentation des initiatives de transition pour les associations


Trièves Après-Pétrole organise une soirée de présentation sur la démarche de transition que nous proposons au Trièves et à ses habitants dans le but de nous préparer collectivement à la crise énergétique qui approche :

Les initiatives de transition
pourquoi faire ?
comment travailler ensemble ?

 

Le jeudi 10 décembre à 20h30, à la salle des fêtes de Roissard

La soirée est destinée aux associations écologiques et d’entraide du Trièves, ainsi qu’aux sympathisants de Trièves Après-Pétrole, mais toute personne ou autre groupe intéressé est bienvenu.

Déroulement

Un diaporama sera projeté expliquant les fondements de la démarche et donnant quelques pistes de solutions applicables au niveau local.
Il sera suivi d’une discussion visant à explorer comment nos associations et groupes (voir liste en bas de message) peuvent collaborer dans la perspective de l’après-pétrole.

C’est une soirée importante et nous espérons que vous pourrez être des nôtres. Merci de nous répondre pour nous indiquer si vous serez présent ou non.

 

Votre nom : (oblig.)
Votre email : (oblig.)
Site Web :
Sujet :
Message :
Vous mettre en copie (CC)
 

Associations et groupes invités :

Vivre en Trièves
Trièves Compostage
Pour Bâtir Autrement
SEL du Trièves
Collectif d’Entraide du Trièves
Les Pouces Vertes
Le Biau Panier
Association pour la ligne Grenoble-Veynes
Les Pieds dans l’Ebron
Agenda 21 – Trié’voies
Entre Drac et Ebron
Drac Nature
ADELE
Maison du Parc et du Mont-Aiguille


Bilan de 1 an de Trièves Après-Pétrole

 

Deux bilans intéressants sur les Transition Tows en Grande-Bretagne ont été mis en ligne sur le blog de Rob Hopkins (voir fichiers en bas d’article) : l’un est un point sur la situation d’environ 90 groupes (où en sont-ils, quels sont leurs atouts, leurs priorités, leur fonctionnement, leurs difficultés), l’autre un portrait de 50 membres de Transition Norwich (qui sont-ils, pourquoi sont-ils venus, qu’est-ce qui les motive, comment sont-ils venus).

C’est aussi l’occasion de faire un bilan de 1 an de Trièves Après-Pétrole, en espérant qu’il pourra être utile à d’autres.

Le premier document, Green Shoots of Sustainability, nous apprend que nous sommes à peu près dans la moyenne : après 1 ans, la moitié des groupes étudiés se sont organisés et ont appris à travailler ensemble, se sont fixé des objectifs, se sont familiarisés aux notions théoriques et pédagogiques et ont commencé à créer des liens avec les associations locales et à sensibiliser le public. C’est là que nous en sommes aussi.
Bilan de 1 an de Trièves Après-Pétrole dans Actualites de Trieves Apres-Petrole pdf greenshootsofsustainability.pdf

Avec pour nous une difficulté supplémentaire : en tant que premier groupe francophone, il nous a fallu traduire, adapter ou créer les outils de travail (textes et diaporamas), créer le blog et maintenant participer au site francocophone des Villes en transition : un gros travail préliminaire, qui n’est pas fini (un diaporama est en cours de finition). Nous commençons à être sollicités par des personnes ou des groupes de toute la France souhaitant se lancer, demandant des conseils ou des conférences : comment répondre tout en restant concentrés sur le travail local, qui est la priorité ?

Nous avons organisé ou participé à 3 interventions publiques locales, plus une intervention devant la commission aménagement durable du territoire de la commune de Mens, en présence du maire et de ses adjoints, et un stand à la foire bio de Mens. Comme la plupart des TT anglaises, nous constatons que les présentations isolées attirent peu de monde, celles qui ont lieu dans le cadre d’un événement plus large rencontrent plus de succès. Une autre difficulté est venue du caractère trop théorique des premières présentations : parler tout de suite de solutions est indispensable.
Comme la plupart des TT anglaises, nous constatons la difficulté d’entretenir la dynamique et la motivation, surtout dans cette première phase incontournable, mais encore peu concrète : nous avons vu des personnes cesser de venir à cause de ce manque de concret. Nous-mêmes, le « noyau dur », avons eu un passage à vide de mai à septembre 2009. Nous allons commencer à y remédier en cette deuxième année (voir notre programme d’action). L’enjeu est de parvenir à dépasser le cercle étroit des convaincus et des écolos, enjeu bien identifié dans l’autre rapport britannique, The 2009 Membership Survey :

pdf dans Documents telechargeables transitionnorwich2009surveyreport.pdf


Nous avons commencé à nouer relations avec les association locales, que nous connaissons déjà bien, ce qui va se concrétiser bientôt par la réunion du 10 décembre prochain. Des premiers contacts ont aussi été pris avec des élus et chefs d’entreprises, mais aussi avec des membres du groupe francophone de discussion Objectif Résilience, dans le cadre d’une conférence sur la transition pendant le récent salon Bâtir Écologique, à Paris.

Enfin, en janvier, des conférences à l’extérieur sont prévues dans les territoires voisins de la Matheysine (Isère) et du Diois (Drôme), dans le cadre des 8èmes rencontres de l’écologie au quotidien. Enfin, deux d’entre nous participeront à une formation sur le pilotage d’une initiative de transition en Grande-Bretagne, en avril 2010.

Après une année, l’intérêt pour le climat et l’énergie reviennent dans le public, on sent un frémissement localement et ailleurs, et nous avons bon espoir de donner une ampleur et une dynamique nouvelles à notre initiative. Pour l’aider à avancer, notamment dans des réalisations concrètes, n’hésitez pas à nous contacter :

 

Votre nom : (oblig.)
Votre email : (oblig.)
Site Web :
Sujet :
Message :
Vous mettre en copie (CC)
 


123456

La 5ème Batterie du 16ème G... |
Presse et le Temps |
Cupidon - Aide aux rencontres |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | VISION HUMAINE
| actforchange
| collectif d'enseignants de ...