Trièves en Transition


Réunion du comité de pilotage le 9 février 2011

 

Le comité de pilotage se réunira mercredi 9 février à 9h-10h30 à Mens. L’ordre du jour participatif sera décidé en fonction des points suggérés par chacun et des priorités qui leur seront accordées.

Toutefois, 2 points importants devront etre vus :

- bilan de l’AG, élection du bureau et formalités légales

- préparation de la Fête de la Transition les 2-5 juin

Les réunions du comité de pilotage sont ouvertes à tous les adhérents et à toute personne intéressée.

Contact et renseignements :

 

Votre nom : (oblig.)
Votre email : (oblig.)
Site Web :
Sujet :
Message :
Vous mettre en copie (CC)
Vérification :
 

 


Le comité de pilotage élu à l’AG du 22 février 2011

 

L’AG du 22 février 2011 a élu pour 1 an un comité de pilotage de 6 membres (les statuts prévoient jusqu’à 12 membres) :

 

- Jeremy Light (coprésident – Ateliers pratiques)

- Nathalie Lacroix

- Pascale Cosson (groupe Sources & Ressources)

- Olivier Canivet

- François Bartsch (monnaies locales)

- Pierre Bertrand (coprésident)

 

Le comité de réunit en moyenne toutes les 3-4 semaines en fonction de besoins. La priorité est en effet le travail dans les groupes thématiques.

Le rôle du comité est principalement de coordonner les activités de groupes de travail permanents ou ponctuels et de valider les projets en accord avec ces derniers.

Dans cette perspective, le programme d’activités de Trièves en Transition est l’émanation de l’activité des groupes, pas de la décision centralisée du comité.

Pour en savoir plus :

 

Votre nom : (oblig.)
Votre email : (oblig.)
Site Web :
Sujet :
Message :
Vous mettre en copie (CC)
Vérification :
 


Ce qu’est la Transition par Rob Hopkins

(extraits du Manuel de Transition – Rob Hopkins, 2008)

Ce qu'est la Transition par Rob Hopkins dans Documents telechargeables doc cequestlatransitionhopkins.doc

 

Les initiatives de transition sont fondées sur quatre prémisses de base :

 

1)    Nous ne pourrons éviter de vivre en consommant beaucoup moins d’énergie. Il vaut mieux s’y préparer que d’être pris par surprise.

2)    Nos sociétés humaines et nos économies manquent de la résilience nécessaire pour survivre aux chocs énergétiques qui accompagneront le pic pétrolier.

3)    Nous devons agir collectivement et nous devons le faire maintenant.

4)    En stimulant le génie collectif de notre entourage pour concevoir à l’avance et avec créativité notre décroissance énergétique, nous pouvons construire des modes de vie plus interreliés, plus enrichissants et qui reconnaissent les limites biologiques de notre planète.

 

Un avenir plus pauvre en pétrole pourrait, si l’on y consacre à l’avance assez de réflexion et d’imagination, être préférable à notre présent. Un futur plus sobre en énergie et plus résilient ne signifie pas forcément de jouir d’une qualité de vie inférieure à celle du présent. Au contraire, un avenir où l’économie locale serait revitalisée possèderait bien des avantages par rapport au présent, entres autres une population plus heureuse et moins stressée, un environnement amélioré et une stabilité accrue.

 

 

En quoi l’approche de transition diffère-t-elle de celles des groupes environnementalistes ?

Approche environnementaliste classique

Approche de transition

Comportement individuel

Comportement collectif

                     Une seule cause à la fois

Holistique

Moyens : lobbying, militantisme et manifestations

Moyens : participation de la population, écopsychologie, arts, culture et formation créative

Développement durable

Résilience et relocalisation

Motivation : peur, culpabilité et réaction

Motivation : espoir, optimisme et action préventive

Les gens sont la source du problème

Les gens sont la solution

Campagnes médiatiques grand public

Interventions ciblées

Un seul mode d’implication

Niveaux d’implication diversifiés

Prescriptive : recommande les solutions et les façons de faire

Catalyseur : pas de solution toute faite

 

Les six principes qui sous-tendent l’approche de transition

 

1) Projection dans l’avenir

 

Cela désigne le fait que le mouvement de la transition est fermement convaincu que nous ne pouvons nous diriger vers quelque chose sans imaginer ce que cela fera d’y être. La vision que nous avons en tête quand nous nous mettons à l’œuvre détermine dans une large mesure l’endroit où nous arriverons. Travaillerons-nous à l’« explosion technologique » ou à quelque chose de plus réaliste et réalisable ? Élaborer une vision claire et attrayant du résultat souhaité est un principe de base du processus de transition.

 

2) Inclusivité

 

Nous ne pouvons relever d’aussi vastes défis que ceux du pic pétrolier et du changement climatique en choisissant de rester dans nos zones de confort : les « écolos » ne parlant qu’à d’autres « écolos », les hommes d’affaires à d’autres hommes d’affaires, etc. L’approche de transition cherche à favoriser un niveau de dialogue et d’intégration rarement atteint et elle a commencé à mettre au point des méthodes innovantes pour y arriver. On considère cela comme un principe de base simplement parce que nous n’avons aucune chance de réussir sans lui.

 

3) Éveil des consciences

 

La fin de l’âge du pétrole est une période déroutante. Nous sommes constamment exposés à des messages déconcertants et contradictoires. Simultanément, la publicité diffuse le message que la poursuite des affaires est notre seule perspective, que la mondialisation est le seul moyen de nourrir le monde et que le prochain achat nous rendra heureux. Les médias, auxquels nous sommes de plus en plus exposés, nous envoient des messages doubles qui peuvent nous laisser perplexes. Nous ne devons supposer aux gens aucune connaissance préalable des problèmes pétrolier et climatique et exposer la situation de façon aussi claire, accessible et imaginative que possible, en donnant aux gens les arguments de base pour leur permettre de formuler leurs propres réponses.

 

4) Résilience

 

Il est utile de répéter ici qu’outre l’obligation de se diriger rapidement vers une société sans émission de carbone, la reconstruction de la résilience de nos sociétés est centrale. De fait, si l’on s’occupait de l’une au détriment de l’autre, on ne réussirait à relever aucune des deux défis.

 

5) Attention au facteur psychologique

 

La psychologie est également essentielle dans la démarche. On constate que les principaux obstacles à l’implication sont les sentiments d’impuissance, d’isolement et d’écrasement que les problèmes écologiques créent souvent. Ces sentiments ne placent pas les gens dans une position à partir de laquelle agir, que ce soit individuellement ou collectivement. Il s’agit donc premièrement de créér une vision engageante de l’avenir (voir point 1), deuxièmement de créer des espaces où les gens peuvent évoquer,  comprendre et ressentir comment ces sujets les affectent, troisièmement de valider les démarches et actions entreprises tout en se réservant des occasions de fêter le travail accompli. Ces moments où se développe le sentiment de n’être pas seul à affronter le pic pétrolier et la peur qu’il engendre sont très puissants.

 

6) Solution crédibles et pertinentes

 

J’ai entendu bien des conférences où l’orateur exposait l’ampleur du défi climatique et terminait en nous invitant à baisser nos thermostats et à changer nos ampoules. Il est important que la démarche de transition permettre aux gens d’explorer des solutions crédibles à une échelle pertinente. L’une des causes de ce qu’on peut appeler « le syndrome des ampoules électriques » est que els gens ne peuvent souvent imaginer que deux niveaux d’action : les individus agissant chez eux ou le gouvernement agissant au niveau national. La démarche de transition concerne le niveau intermédiaire : ce qui peut être accompli à l’échelle de la commune ou du territoire.


Echanges de savoir-faire : tissons des partenariats

 

Trièves en Transition n’a pas pour objet de créer nécessairement des activités propres : si nous existons, c’est parce qu’il y a tant de gens qui font déjà (et très bien) des choses formidables. Notre objectif est de créer des partenariats, tisser des liens, mettre les gens en relation et faire connaître tout cela.

Qu’elle prennent la forme d’un choc pétrolier ou, plus vraisemblablement, de difficultés économiques croissantes, la transition va probablement générer un besoin de retrouver des savoir-faire de base : potager, conserves maison, bricolage et réparation, remèdes maison pour affections ordinaires, etc. Pour beaucoup de foyers, à commencer par les plus démunis et tous ceux qui subiront la crise, ces savoir-faire peuvent apporter beaucoup plus qu’un simple loisir. Et qui sait si les compétences acquises ne nous serviront pas à terme dans la transition ?

Nous cherchons donc à mettre en place un calendrier de stages avec les groupes qui organisent déjà de telles transmissions, mais aussi à tisset des partenariats pour organiser en commun des ateliers sur des thèmes pas encore couverts.

Nous proposons une réunion au mois de février aux associations déjà engagées dans de tels ateliers :

Les Pouces Vertes (jardinage), Trièves Compostage (compost), SEL du Trièves (pressage de pommes), ADELE (plantes comestibles et médicinales), Vanniers du Trièves, Équipages (trait et traction animale).

 

La date sera annoncée quand toutes ces associations auront répondu. Si votre association n’a pas été sollicitée et que la réunion vous intéresse, contactez-nous :

 

Votre nom : (oblig.)
Votre email : (oblig.)
Site Web :
Sujet :
Message :
Vous mettre en copie (CC)
Vérification :
 


Le groupe Sources & Ressources : 3 réunions déjà

 

Quel est ce mystérieux groupe Sources & Ressources dont nous vous avon s déjà mentionné l’existence ?

Appelé « Cœur et Âme » par nos amis anglais, c’est un groupe interne à l’initiative de transition (Trièves en transition) et à ses sympathisants dans le but de :- prendre le temps du recul pour parler de soi (par rapport à l’initiative, à sa transition personnelle, aux événement, etc.), pour se protéger du surmenage et du découragement, pour entretenir la motivation et approfondir les liens amicaux au sein du groupe.

- approfondir notre connaissance des notions, outils et ingrédients de la démarche de transition, des éléments psychologiques qui nous empêchent de reconnaître les réalités désagréables ou de passer à l’action, chez nous-mêmes comme chez nos interlocuteurs.

- passer de bons moments ensemble.

L’utilité de ce groupe (basé sur le volontariat) est d’inscrire notre travail et notre motivation dans la durée et dans le plaisir, et de ne pas oublier les fondements de ce qui nous anime, si faciles à perdre de vue dans l’urgence de l’action.

 

Le groupe s’est déjà réuni trois fois : les deux premières fois à titre expérimental avec tous les membres du comité de pilotage. Nous avons pu nous présenter et approfondir notre connaissance les uns des autres, exprimer ce qui nous motivait et ce que nous attendions du groupe, exprimait ce qui nous enthousiasmait ou nous effrayais dans l’avenir. Nous avons aussi pu expérimenter le fonctionnement du groupe, et tout le monde s’est déclaré content de son existence, même les sceptiques : de toute évidence, il répond à un besoin.

La troisième réunion s’est ouverte sur la question : « Nous sommes en 2050, la transition s’est bien passée, que vivez-vous ? » Cet exercice de visualisation a rencontré un vif succès et a montré le désir d’avenir des uns et la difficulté à l’imaginer des autres. Ces exercices de visualisation jouent un rôle important pour nous aider à trouver quel avenir nous aimerions construire ensemble. Bien sûr, l’imaginaire n’est pas le réel, mais c’est un moteur puissant pour avancer.

La prochaine réunion du groupe aura lieu en février sur le thème : « Comment parler de la transition à nos proches ? », ce qui est souvent plus dur que d’en parler à un public plus ou moins anonyme.

Le groupe est ouvert à toute personne engagée durablement ou ponctuellement dans l’activité de Trièves en Transition. Il suffit de nous contacter.

 

Votre nom : (oblig.)
Votre email : (oblig.)
Site Web :
Sujet :
Message :
Vous mettre en copie (CC)
Vérification :
 

 


2050 : souvenirs de transition

Note : cette histoire est issue d’un travail de projection réalisé au sein du groupe Sources & Ressources

 

Je suis très soulagé. Les choses auraient pu mal tourner. Il y avait tant de potentiel pour  que la situation dégénère. À vrai dire, l’inquiétude pour l’avenir était grande à cette époque, et il y a eu des moments où j’ai eu vraiment peur. Je me rappelle très bien le jour où tout a commencé…

 

Nous étions assis dans la salle voûtée, devant un grand feu qu’Éric avait allumé. Nous tenions chacun à la main un verre de la dernière cuvée de Gilles, un vin d’un rouge profond et à la fois lumineux, le premier provenant de la vigne qu’il avait replantée à Serre Bertras trois ans plus tôt. Fabrice faisait le pitre comme souvent, Pascale rapportait mille choses de la vie mensoise avec sa volubilité habituelle. Nous étions réunis dans l’ancienne cure pour un de nos dîners mensuels. C’est à ce moment que c’est arrivé. Une sorte de craquement, comme une déchirure dans le silence. Nous nous sommes figés quelques secondes, comme dans le temps suspendu d’une catastrophe naturelle. J’en ai gardé en mémoire une sorte d’instantané, nous tous immobiles, le verre levé, le sourire figé, épiant la silence. Même les flammes du feu sont figées dans mon souvenir.

Le premier à réagir fut Éric. Il fit une chose qu’il ne faisait jamais lors de nos réunions. Il se précipita pour allumer la télé. Il y avait un bulletin spécial. Il se passait des choses inouïes. L’Arabie Saoudite venait d’annoncer ce qu’il ne lui était plus possible de cacher : non seulement elle n’était plus capable d’augmenter sa production pétrolière pour répondre à la demande mondiale croissante, mais en plus sa production réelle déclinait depuis deux ans. Inéluctablement. L’annonce avait immédiatement provoqué une panique boursière, un krach d’une violence inouïe. Et l’armée chinoise avait aussitôt envahit l’Asie Centrale pour assurer son approvisionnement en énergies fossiles, provoquant la réaction enragée de la Russie et des États-Unis. Une guerre nucléaire allait-elle éclater ? C’était en tout cas ce que tout le monde se demandait, ce que tout le monde redoutait.

 

J’ai une vie bien remplie. Pas autant qu’au début de la transition, quand il a fallu faire face aux nécessités de la vie quotidienne et de notre requalification professionnelle. Il y avait de la panique chez certains. Heureusement que nous avions engagé la transition locale avant les événements. Ca a permis de prendre le virage plus vite, de se rassurer et de trouver l’énergie pour avancer. La solidarité a joué à plein là où les gens auraient pu se déchirer. Personne n’a été laissé de côté. Ca, ç’a été une volonté forte dès le départ. Oui, Trièves en Transition a été la bonne idée au bon moment. Le collectif n’existe plus maintenant.

Nous sommes à la vigne, avec Gilles et Éric. Nous ne sommes pas venus pour les ceps cette fois-ci, mais pour les ruches. Celles que nous avons en haut de la vigne à côté de la cabane restaurée. Les hausses sont pleines, la récolte s’annonce magnifique. Les ruches sont en bonne santé, sauf celle du bout. C’est là que nous avons installé le printemps dernier l’essaim recueilli à Lavars. Il était maigrichon et nous avons cru un moment qu’il n’allait pas survivre : nous ne trouvions plus la reine ! Finalement, elle a survécu, mais il faudra leur laisser le miel et hiver et veiller sur elles de près.

Nous nous rappelons ce jour chez Éric. Et nous mesurons le chemin parcouru. Quand l’événement s’est produit, la réhabilitation du vignoble local qu’avait entrepris l’association de Gilles s’est avérée bien utile. Heureusement, tous les gestes, tous les savoirs, toutes les ressources n’étaient pas perdus. Je parle de l’association des vignerons parce que nous sommes dans la vigne, mais il  y avait tous les autres. Tout le travail sur le compost, l’agriculture et les jardins partagés entrepris peu avant la transition a été d’une grande utilité, il a évité la catastrophe alimentaire.

Nous sommes là tous les trois, respirant l’air frais et l’odeur du miel, les mains et la poitrines encore chaudes du travail avec les ruches. Ca sent le bois et la propolis. Éric a aperçu des étourneaux près de chez lui, heureusement qu’on a mis les filet sur les vignes. On parle de la vendange prochaine et de la fête du pain qu’on fait en même temps dans tout le Trièves depuis les premières années de la transition. Mais en attendant, on savoure l’instant. J’ai mal au dos, mais je préfère ça à mon travail d’ordinateur que j’avais avant et qui donnais mal au dos aussi. Oui, avec le jardin et l’herboristerie, les journées sont bien occupées.

Au début de l’été, il y a aussi eu la tournée de théâtre sur les places des villages. On avait démarré avant la transition avec Le Capitaine Fracasse, et nous n’avons jamais arrêté depuis. Juste avant la transition, nous venions de présenter une pièce sur 2050. Nous y sommes en 2050 ! Et la pièce de cette année parlait de 2010 ! Pour les jeunes. Pour qu’ils imaginent. Imaginer un vol en avion, imaginer les soirées devant la télévision, les gens qui se tournaient le dos et fermaient leur porte à la vie. Imaginer un supermarché et la foule dedans, imaginer de tuer le temps à acheter des choses pas vraiment utiles, imaginer qu’il existait des choses à jeter sans y penser. Et des gens aussi. Mais imaginer aussi la rencontre avec des gens de lointains horizons…

Bon, il faut y aller. Ce soit, il y a réunion du conseil de la coopérative intercommunale de production électrique. Heureusement que je ne siège plus au conseil monétaire qui gère notre monnaie locale de complément. Un outils précieux qui a permis de faire fonctionner l’économie locale quand tout était paralysé par la crise financière qui a suivi l’événement.

Je suis bien occupé, donc. Mais je ne regrette pas de vivre cette époque.

 

Je suis satisfait d’avoir un travail vraiment local. J’aimais aussi mon boulot d’avant, traducteur. Un superbe boulot, même. Un pont entre les cultures. J’ai toujours aimé les cultures d’ailleurs, toujours aimé les gens nouveaux. On en voit moins souvent. Ca me manque. Mais mon travail de traducteur, il était coupé du monde d’ici, coupé du vent et de la pluie, coupé des gens aussi. Je le faisais pour des maisons de Paris et je n’ignorais pas que la plupart des livres que je traduisais n’étaient que des objets de consommations jetables. J’étais trop exigent pour cela me satisfasse. Maintenant, je travaille avec et pour les gens d’ici, et rien de ce que je fais n’est à jeter. En plus de mon cerveau, j’y mets mon cœur et mes mains.

Le plus clair de mon temps, j’arpente les lieux dont l’homme ne veut pas pour y trouver les simples dont j’ai besoin pour mon herboristerie. Il y en a peu maintenant que s’est inversé le mouvement d’enfrichement et d’enforestation de l’espace cultivé. Notre nourriture a repris de l’étendue et les champs ont repoussé la végétation sauvage, laissant peu d’espaces de liberté entre culture et forêt. La plupart des plantes que j’utilise me sont fournies par quelques producteurs, par exemple ceux qui ont repris le domaine de Raud en fermage. Mais il manque dans leurs cultures quelques plantes précieuses que je ramasse au bord des chemins, dans les sagnes pleines d’eau et le long des lisières.

L’herboristerie est une petite échoppe en dessous de la place de la halle. Comme beaucoup de maison d’artisans, c’était devenu au 20ème siècle une simple maison d’habitation. Comme beaucoup, elle a retrouvé sa vocation et la halle a repris une vie artisanale au milieu des cris des enfants qui jouent autour de la fontaine. Il y a l’atelier de réparation, le magasin de tissus en chanvre et toujours le débit des vignerons. Je sèche moi-même mes récoltes avec le séchoir solaire fabriqué à Mens pas la firme Light. Un établissement actif qui emploie sept personnes et dont les produits sont appréciés jusqu’à Grenoble et Gap pour leur qualité.

Je ne suis pas un rebouteux, je ne soigne personne. Mais les médicaments chimiques sont chers et le médecin, qui a suivi un cursus de phytothérapie dans ses études (c’est obligatoire maintenant), m’envoie régulièrement ses patients. Pour les affections ordinaires, les rhumes, les maux de tête ou les digestions trop lourdes, les plantes font merveille et il était temps qu’on s’en rende compte. Finalement, ce qui me plaît le plus, c’est ce contact avec les patients et les fournisseurs. Mon nouveau travail me paraît moins futile que l’ancien, qui pourtant ne manquait pas de noblesse. Mais là, j’y trouve vraiment un sens, une complicité avec la vie d’ici.

 

La famille s’est ressoudée. La transition nous a obligés à trouver des points d’accord  et cela n’a pas été facile. Il a fallu tirer le diable par la queue, il y a eu des tensions sur ce qu’il fallait faire, sur le chemin à prendre, sur les paris et sur les sacrifices à faire. C’est pour les enfants surtout que cela a été le plus dur. Il leur a fallu inventer un avenir qu’ils n’avait pas prévu, auquel rien ne les avait préparés puisque l’école les avait formé précisément à l’inverse. Au monde d’avant. Et puis s’insérer dans un monde en crise n’est pas la chose la plus facile qui soit. La société d’alors n’était pas tendre avec les jeunes, qu’elle voyait au mieux comme un boulet, au pire comme un menace. Quand une société en est là, elle n’est plus loin du suicide collectif.

Nous étions hier soir chez Clément. Il jouait dans le jardin avec sa petite fille après sa journée de boulot. Son affaire d’installation et d’entretien de systèmes de production d’énergie renouvelables individuels marche bien. Rien à voir avec ce qu’aurait gagné un technicien de son niveau dans le monde d’avant, mais il trouve son équilibre comme ça. En buvant l’apéro, juste avant le dîner, il me rappelait son angoisse pendant les événements, ce sentiment du sol qui se dérobe et d’être nu face à des défis pour lesquels ses études ne lui apportaient rien.

-       Finalement, me dit-il, votre génération avait tort de ne pas croire en la jeunesse. Parce que c’est nous qui avons retroussé les manches, c’est nous qui avons fait l’effort de tout reconstruire. Le plus gros de l’adaptation, c’est nous qui l’avons porté. Tu te rappelle ce que je te disais, adolescent : votre génération a tout gaspillé et nous il ne nous reste rien. Mais en fait, il nous restait le plus précieux : notre jeunesse.

C’est vrai que la transition, ç’a été comme une mobilisation en temps de guerre, et comme en temps de guerre, ce sont les jeunes qui ont été en première ligne. Camille est toujours à Grenoble. Ce n’est pas toujours facile, mais elle n’a pas voulu abandonner les enfants handicapés auxquels elle enseignait. Nous avons eu peur plusieurs fois pour elle, la vie en ville a parfois été cruelle. Maintenant ça va. Curieux retour des choses, les villes dépeuplées sont devenues des sources de matières premières. De métaux, surtout. Il y a trois entreprises dans le Trièves qui prospèrent sur le démontage d’anciennes grandes surfaces et sur le négoce de matériaux récupérés.

Après le choc initial, Clément et Camille ont été beaucoup plus réactifs que nous et ils ont appris à être adaptables et débrouillards. Clément le rêveur a appris plusieurs métiers manuels avant de monter son affaire, Camille s’est démenée pour faire vivre au quotidien sa petite famille urbaine. Le jardin collectif qu’elle a créé dans son quartier l’y a beaucoup aidé. « Ce sont mes souvenirs du potager de Menglas qui m’ont inspirée » aime-t-elle répéter.

 

Notre confort d’autrefois n’est plus qu’un souvenir. Mais nous avons appris ce que nous avions toujours su au fond de nous-mêmes : nous n’en avions pas vraiment besoin. En revanche, il est plus difficile d’avoir perdu de nombreuses possibilités. Il est toujours possible de descendre à Grenoble voir un spectacle ou de communiquer par internet avec de lointains amis, mais c’est devenu cher tant nos revenus sont plus modestes qu’avant. En même temps, il faut avouer que le caractère exceptionnel de tels moments leur donne une saveur décuplée.

Brigitte et moi parlons souvent des voyages que nous avons faits avant l’événement et de ceux que nous aimerions faire. Notre dernière escapade date d’il y a cinq ans, c’était à Marseille chez mon frère. Oui, les voyages sont ce qui nous manque le plus, les amis aussi, avec lesquels nous ne communiquons plus que par lettre ou par d’occasionnels courriels, quand le réseau fonctionne.

D’un autre côté, nous aimons bien la vie autour de nous. Simone, la voisine, qui est venue nous voir ce matin pour l’organisation du repas de quartier, sous la vieille halle. On se parle beaucoup plus qu’avant dans le quartier, on fait des choses ensemble, on s’échange plus volontiers services et outils. Les vieux qui se morfondent derrière leurs fenêtres, c’est fini. Le compost de quartier est devenu si naturel pour tous que personne ne se rappelle plus avoir jamais fait autrement.

-       Quand je pense qu’avant on jetait tout ça, on avait vraiment perdu le sens commun ! s’est exclamée Évelyne l’autre jour.

Dans le quartier, on se relaie bénévolement pour gérer le compost. Le compost, c’est devenu un lieu de rendez-vous, on s’y retrouve comme autrefois nos grands-mères au lavoir.Tout le monde sait faire maintenant. Notre compost va dans les jardins, mais un quota est réservé aux paysans, car ceux-ci ont dû apprendre à cultiver sans engrais ni pesticides. Ceux-ci sont devenus trop chers et quasiment introuvables.

C’est d’ailleurs ce qui a sûrement changé le plus depuis la transition : il y a de nouveau des paysans. Beaucoup de fermes qui étaient devenus des résidences secondaires sont redevenues des fermes. Plus possible d’exploiter d’aussi grandes surfaces quand le carburant coût de tels prix, même avec les aides du gouvernement. Alors il a fallu trouver des mains, il a fallu réapprendre à cultiver, à renouer le fil rompu après dix mille ans d’agriculture. Car pour la première fois dans l’histoire, les humains avaient dans leur très grande majorité désappris à faire pousser leurs aliments.

Un gros défi a justement été d’accueillir tous les nouveaux-venus. Ils venaient des villes pour trouver du travail, et justement on avait de nouveau besoin de bras dans les campagnes et dans les forêts. Mais ils ne savaient pas faire, et au début même beaucoup ne voulaient pas. D’autres fuyaient simplement la ville, pas assez sûre, où tant d’entreprises avaient fermé. Il a fallu les loger, partager la terre, leur apprendre ce que nous-mêmes savions si mal.

 

Mais au fond, maintenant que la transition est réussie et que, malgré les épreuves, le pire a été évité, je crois pouvoir dire que nos vies sont plus remplies de satisfactions. Nous avons retrouvé le goût des relations, de l’essentiel, et surtout nous avons redonné une perspective à notre vie collective. Nous sommes moins riches qu’avant, et pourtant personne n’est sans toit, sans nourriture, sans activité, sans soins. Nos vieux et notre jeunesse ont retrouvé leur place. Je crois que la peur de tout perdre a fait réagir tout le monde juste à temps. On fait plus attention les uns aux autres.

Ce qui me manque, qui me manque vraiment, ce sont les voyages au loin, la rencontre du vaste monde.

Et puis la planète paraît tellement plus grande.


Atelier nichoir des Pouces Vertes le 2 février

 

ATELIERS NICHOIRS

Construction de nichoirs en bois, osier, terre, matériaux de récupération…  


Mercredi 2 Février 2011

A l’espace culturel à Mens, à partir de 9h00

 

 

Cet atelier est ouvert à tous, les enfants sont les bienvenus.Si vous avez des outils (marteau, scie…), il peut être utile de les amener
au cas ou nous soyons et on l’espère très nombreux!

Repas partagé à midi

Atelier mené en partenariat avec le SEL du Trièves


9 eme Rencontres de l’Ecologie au Qutotidien de Die

Pierre Bertrand et François Bartsch de Trièves en Transition animeront une soirée Transition à Crest le 21 janvier dans le cadre des Rencontres de l’Ecologie au quotidien, dont voici le programme :

L’association Ecologie au Quotidien organise  les 9 èmes Rencontres de l’Ecologie ( conférences, table-ronde, débats, films, ateliers pratiques, visites de sites, expositions, bal folk…) du 21 janvier au 06  février 2011 en Drôme et en Isère
et du mardi 25 janvier au mercredi 2 février 2011 à la Salle Polyvalente de Die, Bd du Ballon

 

afficherencontresdelecologie2011die.jpg

Cette année, le thème est  » Grandir en Humanité » et nous sommes heureux de vous faire parvenir le programme et l’affiche que vous pouvez diffuser sur votre réseau si vous le désirez.C’est avec plaisir que nous vous accueillerons pour cette nouvelle aventure écologique et humaniste,
L’Equipe d’Ecologie au Quotidien

9 eme Rencontres de l'Ecologie au Qutotidien de Die dans Actualites de Trieves Apres-Petrole pdf plaquetterencontresdelecologie20112die.pdf

pdf dans Calendrier et actualités locales plaquetterencontresdelecologie20111die.pdf

PS: Les personnes de la Région Rhône-Alpes  peuvent se procurer des programmes et affiches dans les endroits suivants à partir du jeudi 23 décembre 2010 :

A LYON: Silence   Ecologie – Alternatives – Non Violence  9, rue Dumenge, F – 69317 LYON

Tél : 04 78 39 55 33 (du mardi au jeudi, 10 à 12h, 14 à 17h)

A VALENCE : Un Tablier Pour Deux 164 av Victor Hugo   26000 VALENCE   Tel : 04 75 44 14 68

A ROMANS :  Comptoir à Part Magasin de Destockage des marques de mode Éthique
49, avenue Gambetta (face Marques Avenue)  26100 ROMANS      Tel : 04 75 72 66 09

A CREST : Etincelle- Magasin de produits biologiques 10 cours Verdun 26400 CREST Tel : 04 75 25 34 38

A DIE :  La Carline Epicerie Biologique  21,rue du Viaduc  26150 DIE  04.75.22.08.11


Notre groupe Sources et Ressources est né

 

Le groupe Sources et Ressources de Trièves en Transition est né et s’est déjà réuni deux fois. De quoi s’agit-il ?

 

Appelé « Cœur et Âme » par nos amis anglais, c’est un groupe interne à l’initiative de transition (Trièves en transition) et à ses sympathisants dans le but de :

- prendre le temps du recul pour parler de soi (par rapport à l’initiative, à sa transition personnelle, aux événement, etc.), pour se protéger du surmenage et du découragement, pour entretenir la motivation et approfondir les liens amicaux au sein du groupe.

- approfondir notre connaissance des notions, outils et ingrédients de la démarche de transition, des éléments psychologiques qui nous empêchent de reconnaître les réalités désagréables ou de passer à l’action, chez nous-mêmes comme chez nos interlocuteurs.

- passer de bons moments ensemble.

 

L’utilité de ce groupe (basé sur le volontariat) est d’inscrire notre travail et notre motivation dans la durée et dans le plaisir, et de ne pas oublier les fondements de ce qui nous anime, si faciles à perdre de vue dans l’urgence de l’action.

Pour toute information :

 

Votre nom : (oblig.)
Votre email : (oblig.)
Site Web :
Sujet :
Message :
Vous mettre en copie (CC)
Vérification :
 


Le Trièves et la transition dans les média

Les médias s’intéressent de plus en plus à la transition et nous sollicitent régulièrement. Après Rue 89, d’autres médias nationaux se sont fait l’écho de ce qui se passe dans le Trièves et ailleurs.

Récemment, le numéro de décembre-janvier de la revue Esprit Village, le numéro de décembre de la revue Silence, l’édition du 24 décembre de Libération et le numéro de janvier-fevrier des Quatre Saisons du jardinage parlent de transition et du Trièves.

S’il est toujours flatteur de se retrouver dans un média national, l’article de Libé est assez approximatif : le Trièves y est devenu une ville de 8000 habitants, et la journaliste nous attribue le biau panier, les composts de quartier et Triévoies ! C’est très flatteur, mais rendons aux initiateurs de ces projets le mérite qui leur revient : c’est aussi parce qu’ils font ce qu’ils font que cela nous a donné envie de lancer Trièves en transition. Qu’ils en soient remerciés !


1...34567...11

La 5ème Batterie du 16ème G... |
Presse et le Temps |
Cupidon - Aide aux rencontres |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | VISION HUMAINE
| actforchange
| collectif d'enseignants de ...